RSS
RSS
Gavin Follet



 
AccueilPortailRechercherMembresS'enregistrerConnexionFAQCalendrier

Partagez|

Gavin Follet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 35
Race : Métamorphe
Métier : Ménestrel
Classe : Ensorceleur

Ouvrage personnel
Pts de vie Pts de vie:
12/12  (12/12)
Alignement Alignement: Chaotique Neutre
Monnaies Monnaies:
MonnaiesOrArg.Cuiv.
Pièces1

MessageSujet: Gavin Follet   Lun 30 Mai - 18:11

Une histoire s’apprécie mais pas plus. Il ne faut pas en vivre pendant trop longtemps.

Il est dit que dans les profondeurs des bois sombre de Rubion, là où nul Homme n’ose entrer, et où même les peaux vertes refusent de traîner leurs carcasses, se trouve une étendue d’arbres dissimulée par un épais brouillard. Certains disent que ce brouillard n’est qu’une vile émanation des cryptes, d’autres qu’il n’est qu’une manifestation naturelle, d’autres qu’il est le symptôme d’un sortilège d’illusion très puissant.

Mais de tous ces arbres, il y en a un qui était la cachette d’un grand voleur. On ne sait pas si son butin avait été dissimulé sous les grotesques racines, où plutôt dans les hautes branches sous le couvert des feuilles tombantes. Le bon arbre serait en tout cas marqué par une rune dont la couleur ocre de pigments du Lac Rouge est indiscernable d’une mousse qui grandit à la surface de l’écorce.

Lorsque le voleur fut enterré, trop vieux pour pouvoir marcher sans assistance, nombreux furent les avides opportunistes à vouloir poser la main les premiers sur le trésor du défunt.
Qu’une centaine ou une trentaine de pillards soient au courant de la nouvelle n’intéresse plus personne. En fin de compte, après qu’ils se soient ligués les uns contre les autres, trahis, et poignardés dans des tavernes perdues, seuls cinq d’entre eux atteignirent l’arbre. Ils étaient impatients et alertes, car les elfes sombres n’apprécient pas les étrangers.

Bien entendu chacun d’entre eux voulait le trésor pour lui, et la générosité n’est pas la qualité qui a permis aux vieillards de rester vieux. Avant même d’avoir cherché à élucider lequel des arbres s’avérait être le bon les cinq hommes gisaient à terre, imbibant l’humus noir de leur sang. La mêlée avait été chaotique et écoeurante.


Dhans écoutait poliment le récit du voyageur, mais celui-ci ne tenait pas vraiment son intérêt. Le bûcheron était un homme bougon et pragmatique. Tout le contraire des clients du Gros Marcassin, une auberge égarée du Nord qui accompagnait un petit sentier perdu. Dhans était venu manger l’habituel ragoût de sanglier après sa journée de travail et il avait constaté une atmosphère différente dans la salle, le genre de changement dans l’air que des décennies dans la forêt lui avaient appris à déceler.

Le bûcheron s’occupa en rajoutant du bois qu’il avait coupé il y a quelques jours dans l’âtre et en jouant avec le tisonnier.

Mais ce n’est qu’un évènement dans l’histoire de cet arbre. On raconte que des vampires gravement blessés à la suite d’une de leurs nombreuses guerres, perdirent l’esprit à proximité de cet arbre. Derrière le liège ancien ils sentaient l’odeur du sang imprégner la sève… Tous leurs efforts furent en vain et ils ne laissèrent que des griffures sur le tronc de l’arbre avant d’êtres oblitérés par la lumière du jour, sans avoir pu se restaurer.

Le voyageur tripotait son petit instrument des doigts. Il avait fait une démonstration à la taverne et un habitué lui avait offert un bon repas pour sa prestation, et le voyageur l’avait remercié avec un sourire honnête. Après avoir participé (assez furtivement, avait remarqué le bûcheron) aux conversations, le voyageur avait été en quête d’un abri pour la nuit. Dhans s’était proposé sans savoir vraiment pourquoi. L’homme lui faisait froncer les sourcils et l’intriguait. Lorsqu’ils étaient arrivés dans sa cabane en bordure des bois, fuyant la pluie, le voyageur avait insisté pour lui conter une histoire. Pour le remercier de son hébergement. Dhans n’aimait pas les histoires, mais le conteur avait une voix d’outre-tombe…

Si sa maîtrise de son instrument en était un indice, cet homme semblait capable de manipuler le son de façon spectaculaire. Il parlait doucement et silencieusement, avec un léger raclement. Il y avait une qualité dans sa voix, une sorte de tristesse…

Sève-de-sang est l’arbre fétiche des elfes noirs. Il paraît qu’aux alentours d’Olivine la foule qui l’encercle ferait galoper les plus cupides des pillards… Un elfe m’a même dit que l’histoire du voleur n’est qu’un appât pour attirer les malencontreux qui serviront d'engrais.

Dhans grogna avec dégoût. Si il y avait un danger dans son métier, plus que les bêtes sauvages où les peaux-vertes, c’était de pénétrer dans le territoire des infâmes drows. Il était tenace mais il y a des choses qu’il fallait apprendre à craindre.

Qui serait assez inconscient pour entrer à l’intérieur des bois ? On me proposerait le trône de Gurinroc et je ne changerais pas d’avis…

La cupidité est un fait. En leur défense, je te rappelle que le brouillard est peut-être… anormal.” rétorqua le voyageur. “S’ils s’y perdent ils pourraient se retrouver devant le tronc, sans savoir la direction qu’ ils ont emprunté au départ.

Dhans ricana et revigora le feu en y jetant une nouvelle bûche. Il n’avait aucun souci à considérer les drows comme anormaux, et les peaux-vertes comme des aberrations, mais de là à lui inventer un brouillard provoquant l’amnésie, il fallait tout de même être sacrément frappé.
Alors que Dhans s’apprêtait à se moquer ouvertement de lui, le voyageur jeta au bûcheron un regard indéchiffrable, et son sourire timide avait disparu. Il s’empara du tisonnier avec une dextérité dont le bûcheron n’avait pas pensé possible venant de ce calme personnage, et il avait retourné la bûche d’un mouvement sec.

Dhans écarquilla les yeux lorsqu’il vit sur l’écorce à moitié calcinée trois demi-cercles rouges encastrés les uns dans les autres, avec un lichen rouge sang à la surface en train de carboniser. Un silence s’installa dans la cabane alors que l’écorce brûlait lentement, et le bûcheron déglutit, et se sentait malade.

Ce bois brûle bien. J’aurais pourtant juré qu’il était imbibé.” soupira l’étranger à la voix silencieuse, qui s’empressa ensuite de lâcher un bref ricanement sans conviction.

L’horreur qu’exprimait Dhans était soulignée par l’ombre des flammes sur son visage. Le voyageur lui lança un regard qui ressemblait à de la pitié, et il posa sa main sur l’épaule du grand bûcheron.

Je te remercie d’avoir partagé ce feu avec moi. La nuit porte conseille, mais surtout elle vide l’esprit.” Une ombre passa dans le regard de l’homme et sa voix prit un ton conciliant et doux. “Ce n’était qu’un arbre, Dhans. Tu en as déjà abattu, et tu en abattras d’autres.

-----------------------------------------------------------------

Age : 25

Noms : Son nom d'origine est Gavin Follet. Ces jours-ci il ne se fait que connaître par son surnom "Murmure"

Droitier / Gaucher : Droitier

Race : Hybride Métamorphe

Classe : Ensorceleur

Métier : Ménestrel

Alignement : Chaotique Neutre

Inventaire du personnage :
1 instrument (guimbarde), costume de scène, partitions
une hache (objet supplémentaire)
2d10 or

Apparence physique :

Murmure n’est pas un homme à la silhouette prononcée. De taille moyenne il ne dépasse pas le mètre quatre vingt et sa corpulence n’est pas spectaculaire même s’il est assez large d’épaule. En réalité son physique est à l’origine bien plus imposant, mais son visage est émacié, des cernes soulignent ses yeux et ses cheveux sont d’une couleur terne, comme s’il avait vieilli trop vite. Il a de légères cicatrices un peu partout sur le corps.
Malgré cela ses yeux bleus acier lui donnent un regard perçant et même s’il a le visage d’un type qui a mal dormi il donne une impression d’acuité.

Le plus marquant chez lui reste sa voix. Il ne parle jamais fort, et parfois il faut tendre l’oreille pour l’entendre. Hausser le ton de sa voix semble le gêner. Néanmoins s’il manque en volume, son timbre est unique : il émets un son éraillé mais musical, et les heures qu’il a passé avec son instrument et à maîtriser sa voix se ressentent.

Il se masse souvent la gorge d'une main.

Caractère/Mental :

Murmure, avant un certain évènement traumatisant, était un jovial et un optimiste. Il criait et riait, et il se comportait comme un sale gosse bruyant. Il n’est pas vraiment défaitiste mais sa vision de la vie a beaucoup changé et c’est aujourd’hui un triste bonhomme pour qui il est facile de se morfondre. Maintenant il est très distant, et essaye de ne plus s’impliquer dans les affaires des autres. Il a perdu de son bagout et de sa répartie d’antan, même s’il ne se prive pas de reprendre les bonnes habitudes. Néanmoins Il a gardé son côté aventureux, voyageur et curieux et au final la solitude le gêne et il apprécie la compagnie même s’il n’ose pas l’avouer.

Paradoxalement bien qu’il ne soit pas réticent à autrui il écoute rarement l’avis des autres, et préfère être la personne qui a le dernier mot (même s’il n’est pas du tout vindicatif).
Il a la fâcheuse manie de ne pas employer assez souvent les formules de politesse et il s’éclipse souvent des conversations (et des responsabilités) comme un voleur.

Le sourire, et une expression de contentement se dessinent sur son visage lorsqu’il apprend quelque chose à autrui, lorsqu’il raconte une histoire où qu’il est apprécié du public, mais il préfère le moment éphémère aux discussions qui peuvent s’ensuivre.

Dons et/ou Talents :
  • Métamorphose
  • Sorts d’Ensorceleur :
    • Charme personne
    • Sommeil
    • Protection et délivrance contre la pétrification


Compétences et caractéristiques : Intelligence, Charisme
  • Classe :
    Art de la magie, Alchimie, Alphabétisation, Bluff, Concentration, Utilisation d'objets magiques
  • Métier :
    Alphabétisation, Chant, Commérage, Éloquence, Équilibre, Musique, Représentation
  • Race :
    immunité maladie, déplacements silencieux (rural), Perceptions, Coups Puissants, Vision nocturne (18m)


Histoire :

Le bûcheron commençait à perdre la vue. Des points noirs obscurcissaient le plafond de sa cabane et la douleur insupportable d’il y a quelques heures était à présent plus douce. Il tourna la tête et regarda le voyageur qui faisait résonner quelques notes avec son instrument.

Ça fait six mois non ? Au final ces elfes noirs m’auront eu...

Oui, ils ne laissent rarement passer de tels affronts.” constata platement l’Homme assis sur le tabouret.

Tu m’avais volé des rations et des bûches lorsque tu étais parti.

Les nuits étaient froides, et je n’avais plus d’or.

Je suis en train de crever et tu te trouves des excuses ?

Le ménestrel lui répondit par une vibration de son instrument et haussa les épaules.

Je suis curieux… Murmure, quel alias ridicule. Quel est ton vrai nom ?

Gavin.” répondit le voyageur sans fioritures.

Dhans serra des dents. Sa transpiration avait mouillé l’oreiller et les couvertures, et sa fièvre avait gardé sa force même si sa blessure, qu’il n’osait pas regarder, ne lui faisait plus aussi mal.

On ne va pas se faire les yeux doux. Avant que tu ne commences à te servir chez moi, tu pourrais au moins être assez aimable et me jouer un morceau.

Je ne suis pas d’humeur à faire de la musique. Je te raconterais bien mon histoire.

Hé, c’est pas à moi de te rendre service et de t’écouter ! C’est toi qui es encore vivant…

L’homme se leva, se saisit d’une des dernières bûches et la jeta dans l’âtre. Il commença à parler alors qu’il tournait le dos au mourant et qu’il remuait les cendres avec le tisonnier.

Je n’ai jamais eu de terre natale. Je suis un fils de marin, et je suis né au fond d’une cabine lors d’un voyage dans la baie d’Orione. J’ai grandi dans la cité des sables auprès de ma mère et mon père revenait nous voir tous les ans, la bourse pleine du commerce de tissus.

Je m’amusais bien, mais rester dans ce trou perdu de désert est lassant. Je n’avais qu’une envie, c’était de voyager. Pour passer le temps j’ai volé ce bijou
” il leva la guimbarde en l’air “à un voyageur. D’ailleurs elle est un peu tordue, je devrais la changer.

Il lâcha le tisonnier et vint se rasseoir près de Dhans, qui avait fermé les yeux et dont la respiration haletante accompagnait le crépitement des flammes.

J’ai été pris sous la tutelle d’un noble de passage quand j’avais quinze ou seize ans, peu après mon passage au temple. Il aimait bien ma musique, et mon charme un peu prétentieux. Je l’ai suivi plus au Nord. La Cité Impériale était un vrai changement de paysage et j’ai jubilé longtemps.

Le voyageur vérifia que le bûcheron était encore vivant en se penchant et en l’écoutant respirer, puis il renifla et se leva de nouveau.

Lorsque je commençais un peu trop à traîner n’importe où dans les tavernes pour me faire de l’argent facile et profiter de mon bagout avec les serveuses, j’ai rencontré une magnifique créature. Une beauté elfique… J’ai été happé par son charme et je me suis précipité avec elle dans une chambre.
Ses yeux fixèrent les flammes et ils prirent une teinte brumeuse, avant de continuer :

Maintenant je sais reconnaître une beauté elfique... J’avais été attiré par une enfant de la nuit, et avant que je ne comprenne ce qu’il se passe elle me vidait déjà de mon sang.

Le bucheron grogna une sorte de malédiction et se tint le ventre, là où les elfes noirs avaient décidés de réduire ses intestins en charpie.

Lorsque j’ai ouvert les yeux, j’étais dans un cachot miteux avec des barreaux rouillés. La nocturne avait décidé de me garder comme jouet. Elle avait du vivre plusieurs dizaines de printemps de plus que moi, mais elle avait le comportement d’un enfant…

J’ai passé de longs mois à subir ses tortures et j’en porte encore les traces. Comme tortionnaire elle n’était pas très originale, elle se contentais de me lacérer de ses ongles et ensuite de lécher les goutelettes. Jamais je n’ai eu aussi peur d’un joli minois.
Jour après jour je me sentais diminuer et maigrir, mais j’étais pris d’une vigueur étrange qui me faisait la défier autant que je le pouvais.
Je ne sais pas si tu as déjà assisté à de la magie, mais il semblait que je possédais moi aussi le don… Je me doutais bien que si j’apprenais à m’en servir je pouvais peut être m’enfuir, mais comment faire ?
Lorsqu’elle est revenue une énième fois lors d’une nuit d’été, avec un regard vide, j'ai compris tout de suite que c’était ma dernière nuit dans ce cachot. Elle devait s’être lassée de moi.
Elle a commencé à se servir maladroitement de longs couteaux mais elle m’avait déjà bien assez ouvert avec ses ongles, aussi mes cris ne lui apportèrent rien de nouveau… Après, elle s’est mise à jouer avec ma… avec ma gorge...


Le voyageur se passa la main dans les cheveux et joua avec une mèche grise.

Elle a sorti un flacon de sa poche, et m’a expliqué qu’il contenait de la salive d’hybride, qu’elle s’ennuyait avec moi, et qu’elle espérait que le principe actif n’avait pas été effacé avec le temps. Ces nocturnes gardent des hommes-loups comme esclaves dans leur cité à ce qu’il paraît…
Elle m’a tenu de force et a commencé à verser le flacon sur mes plaies.


Par Seri…” rétorqua le bûcheron d’une voix faible

Je me suis débattu en vain, je ne pouvais plus crier, mais sans que je comprenne pourquoi j’ai réussi à me servir de mon don. Elle est tombée à mes pieds, endormie, je l’ai enfermée dans la cellule et j’ai détalé du cachot. Ce vampire habitait dans une maison perdue dans les montagnes et si j’avais été dans une cité nocturne je suppose que je ne m’en serais jamais échappé vivant…
Mais la brûlure sur mon torse s’était faite ressentir, et j’ai rouvert des vieilles plaies avec mes ongles pour essayer de purger mon sang. Malheureusement les miens étaient plus courts et bien plus sales que ceux de mon hôte…


Tu as déjà raconté ça à quelqu’un ?

Le voyageur ne répondit pas.

Gavin, tu te rends compte que je vais mourir et que personne ne se souviendra de ton histoire ?

Pour être honnête je croyais que tu étais déjà mort quand j’ai parlé du flacon.

Un lourd silence s’installa dans la cabane. Le voyageur poussa un soupir et s’agenouilla près du lit, et passa sa main sur le visage du défunt.

Seri t’accompagnes. Merci pour le bois, Dhans.

Peu après les drows virent la cabane du bûcheron prendre feu, et alors qu’ils ricanaient derrière la canopée du bois sombre de Rubion, le murmure d’un instrument accompagnait les flammes.

Remarque?

Ou avez vous connu le forum?
revenant


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gavin Follet
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Oh ? Ce ne serait pas de l'e... PLOUF ! ... Ah, si. [ PV Feu Follet ]
» Une dérision peut parfois devenir une passion. [Feu Follet]
» Nuit de Cristal and Feu Follet boutik's
» Un feu follet
» Je quitte le Clan, je quitte la forêt. (libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Galgals :: L'autre monde :: Les Scellés :: Les Préfaces-
Ouvrir/Fermer la ChatBox