RSS
RSS
Théurgie Générale



 
AccueilPortailRechercherMembresS'enregistrerConnexionFAQCalendrier

Partagez|

Théurgie Générale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 2355
Race : Fondateur
Métier : /
Classe : /

Ouvrage personnel
Pts de vie Pts de vie:
0/0  (0/0)
Alignement Alignement: Loyal Bon
Monnaies Monnaies:
MonnaiesOrArg.Cuiv.
Pièces///

MessageSujet: Théurgie Générale   Mer 16 Avr - 21:34






Théurgie Générale




Une énergie et son antinomie. Une inspiration, une expiration…
Un tout et son contraire, parasite l’un de l’autre et pourtant si essentiel à leur harmonie.
La nuit cède de son temps à la lumière d’un soleil lentement apparu des tréfonds de ténèbres sourdes et vides. Un regard perçoit les lueurs et les couleurs d’une chimie nouvelle.
La matière apparaît suite à la complexité achevée d’un esprit universel.

Une imperfection presque ronde, un lit de roches amalgamées, des nuages coulants sur la ‘terre’, des ruisseaux traçants les veines d’une planète et son complexe nerveux. Des lacs et des mers montent lentement contre les parois profondes de ce monde.
La chaleur s’étouffe, les vapeurs se calment et contre les versants abrupts de la violence figée d’une terre, quelque chose de vert s’expose.

Un esprit façonne, conçoit, imagine. Une vie grouillante prend forme, s’élève en de hautes cités et civilisations aussi complexes que la création de leur corps. Les villes s’étirent en de longs réseaux de routes, les déchets sont regroupés, les systèmes vitaux et administratifs fonctionnent.
L’intelligence fait foi, le Créateur est le commencement d’une vie créative à son tour… A ce temps de calme, de créatures, de nouveautés, s’en suit la violence naturelle et provoquée. Le monde choit à nouveau dans les flammes de sa création comme pour achever cette vie, tel le phénix s’embrase avant de renaître.
Deux milles ans s’étaient écoulés, le cycle était à refaire. La vie s’éteint et laisse place à quelque chose de nouveau.
°~°

Une autre création, d’autres esprits universels prédisposés à créer sur cette terre retournée, calcinée, sur laquelle reprend vie et place une nature sauvage.
Cette rondeur imparfaite au milieu de l’Univers se fait une jeunesse sur les décombres de civilisations passées et anéanties, rayées de l’ancien monde.

Onze semblables au Créateur découvrent la vue, l’ouïe, le toucher, le goût et le sixième sens divin. Leurs voix s’exercent, leurs esprits nouveaux s’émerveillent. Ils parcourent cette Terre que le Créateur leur offre, fatigué du monde qu’il venait de voir mourir.
Il s’était décidé à se diviser pour offrir la vie à onze ‘enfants’, dont certains s’opposant comme le jour et la nuit avaient été décrétés ‘frères et sœurs’.
Ainsi, il observe ses ‘enfants’ concevoir un autre monde, avec des races propres à eux et non à l’avis du seul qu’Il était au commencement. La diversité serait alors plus intéressante, plus remarquable et peut-être que le Créateur de tout ce qui fait cette nouvelle Terre, sera content d’observer la vie originale qui s’y développera.

Chacun de ses enfants avait un nom, donné et reprit par les espèces qui virent le jour de leurs mains.

Seri, Mère des Hommes, grande sœur des faux jumeaux • Niril, Père des Morts et • Nitil, Créateur des Nocturnes.
Intil Fondateur des Anges, frère de • Faerun, Producteur des ombres et des Démons.
Uremir Bâtisseur des Nains, frère cadet de • Thenalad, la Génitrice des Elfes et de • Phorcys, le Maître des Ondins
Hunak, Dieu unique et Constructeur des Peaux vertes.
Ysash, Déesse unique et Inventrice des Hybrides.

°~°

Seri, grande sœur de Niril et Nitil, fut la première à réagir. Son esprit un peu plus vif, s’était déjà mis au travail d’engendrer la race des Hommes, sous le regard attentif des autres dieux. Elle les voulait flexibles à leur environnement et évolutifs. Intelligents, curieux… et loyaux.
°~°

Suite à ces pieds foulants le sol de cette nouvelle terre, Nitil faux jumeau de Niril qui juge l’œuvre de sa sœur indigne d’exister prend le parti de corriger cette aberration. Il donne aux ‘vampires’ des yeux ouverts sur la nuit. Peut-être jaloux mais surtout envieux, il avait souhaité faire mieux que sa sœur en engendrant une race plus forte et plus résistante. Ces humains, mortels, lui semblaient si insignifiants.
°~°

La lumière et les ténèbres, Intil et Faerun s’observent depuis longtemps en se repoussant. L’un préfère la noirceur rassurante des dessous de la terre tandis que l’autre favorise la vérité, la réalité par les clartés des rayons de ses astres.
D’un côté, la race angélique verra le jour dans un monde à strates que le ciel élève en sept niveaux, tandis que sous terre s’abaisse en six couches le monde d’une race tortueuse.
Les démons sont créés par le négatif de la terre en surface.
°~°

Chez une autre partie de ces Dieux, Uremir, frère cadet de Tenalad, contemple les violences figées de la terre. Ces montagnes piquantes vers les nuages, ces volcans témoins de la vie de cette terre et de la richesse qu’elle renferme. Il lui vient alors à l’idée de créer une race en harmonie avec les matériaux et la puissance de ces monts et pics de rocs.
Les Nains s’éveillent dans les cavités des montagnes, exploitant la matière et développant un système social propre. Uremir crée donc les Nains plus proches de la Nature minérale, suite à une discussion engagée avec sa sœur pour déterminer qui aurait raison sur l’idée d’une race supérieure.

Tenalad tombe quant à elle amoureuse d’une tout autre nature. Tout ce qui pousse et s’étire de la terre pour chercher le soleil lui fait merveille. S’inspirant de l’apparence des hommes, elle engendre une race en harmonie avec cette Nature qu’elle chérit. Des êtres magnifiques, souples et rapides. Les elfes s’élèvent dans des maisons légères, s’apparentant avec les arbres des forêts, partageant leurs langages et leurs souffrances.
Sœur d’Uremir, avec qui elle sera toujours en désaccord, elle provoquera la colère de Hunak. L’idée de comparer leurs créations pour prouver la supériorité de leurs espèces, mêle au débat ce dieu sans frères. Les deux divinités en désaccords s’uniront d’une même voix contre cet autre déité qui tente de prouver sa primauté de création.
°~°

En colère Hunak enlèvera les créatures de Tenalad, engendrant la race des peaux vertes. Il déforme la nature, crache sur ses harmonies et sur ses chants. Ces êtres se développent en grand nombre sans véritablement évoluer par l’esprit.
Il déclare la guerre à ces deux divinités qui se montent contre lui, frustré.
°~°

Phorcys, autre divinité solitaire, se préoccupe d’avantage des mers et des océans, du calme et de la violence de cette nature liquide qui l’attire. Il peuplera les eaux, créant la race des ondins, s’inspirant des formes humaines pour les adapter à son milieu.
°~°

Niril, faux jumeau de Nitil et frère de Seri, attend de voir l’évolution de ces hommes, vampires et autres espèces. Lorsque la mort frappe les esprits et achève la vie courte des humains, il lui vient l’idée de créer la race des morts et des mort-vivants. Il n’avait que peu de choses à créer, puisque les espèces de ses frères et sœurs seraient à lui une fois trépassées.
°~°

Parallèlement, Ysash créé des populations d’hybrides animaux sur une base humaine, pour s’amuser, sans partager les conflits de ses confrères et consœurs.
Après de nombreux échecs, verra le jour la race des Loup-Garous, se mêlant à ses rangs les humains transformés.
°~°

Ainsi vint la vie.
Le Créateur de ces dieux observe en silence toutes ces créations. Il jette parfois un regard inquiet sur les évolutions de ces peuples si différents, qui engendrent la jalousie et l’égocentrisme de certains de ses ‘enfants’.
Le sang coule, le feu se répand… 600 années se sont écoulées et déjà la vie choie sur ce monde recréé, qu’il s’était imaginé plus intéressant et viable que ce qu’il avait engendré à lui seul.
L’ancien monde lui avait semblé plus paisible, malgré les monstruosités de créatures nées de ses sentiments nouveaux. Ne pouvant se résigner à voir ses enfants s’entre-tuer et voir les mêmes erreurs qu’il avait fait, il leur retira leurs créations.
Le Créateur leur interdit de communiquer avec les oracles de leurs espèces, Il proscrit les divines visites et les miracles, ainsi que les aides en tous genres provoquant guerre et haine, directement portées aux dieux de l’espèce ennemi… Ces divinités se servaient de leurs créations comme les pièces d’un échiquier à plusieurs entrées, laissant aux hommes et aux autres l’illusion d’un combat pour des droits de terres et de richesses, alors que la visée ne fut pour les dieux que des remontrances personnelles.
°~°

La mort de Faerun -l’enfant de la nuit-, par la main de son frère Intil, fut le déclencheur de la suspension. Depuis, les peuples de Galgals marquent un temps 0 comptant les années d’abandons de leurs dieux avant leur retour, comme l’annonce les grands écrits anciens.
123 années se sont écoulées depuis ce temps zéro…




Les textes ci-dessus sont des informations pour vous les joueurs... La théurgie générale résume l'ensemble des Théurgies, détaillées séparément par race dans chaque registre.

Je vais poster à la suite cette différence notable, entre ce que vous venez de lire et ce que vous allez découvrir, faisant partit du savoir de vos personnages uniquement. Cette distinction est très importante.
L'illusion est laissée à chaque peuple. En tant que joueur vous savez la vérité, en tant que personnage vous savez la version de votre culture et peuple.
[justify]Chaque race et espèce a une vision propre de son dieu et des autres divinités, fonction de ce que leur créateur a souhaité leur inculquer.







Les Théories





La création du monde, de ses mers et de ses terres, de ces trois natures et de ses éléments sont le fruit de nombreuses suppositions. Chaque peuple donnant sa propre théorie, il n’est pas de doctrine générale connue.

°~°
*Les Hommes*

Les Hommes pensent que Seri créa le monde à son image et le partagea avec les dieux des autres races de Galgals. Les Hommes ayant foulés la terre avant les autres et ayant été les premiers à découvrir le vaste monde, estimèrent cette théorie plus juste que les autres.
Cette hypothèse alimenta bon nombre de guerres là où les hommes se revendiquaient les premiers à avoir existé et devraient posséder les terres que leur dieu leur avait cédé à l’origine.

°~°
*Les Vampires*

Dans un souci de conservation, rares ont été les écrits de la création rendus accessibles aux autres peuples.
D'une idée générale, les vampires créés par le dieu Nitil estiment la création du monde par un esprit supérieur. Ce même esprit, qui surpassait les autres dieux de Galgals, inspira directement Nitil pour créer la race parfaite.
Peu d’autres choses sortent de cette idée, si ce n’est que les vampires revendiquent leur suprématie devant les autres peuples par le biais de cette création divine inspirée par une puissance d’autant plus remarquable.

°~°
*Les Ombres et les Lumières*

Les Démons créés par Faerun sont comme les Anges d’Intil, sur l’apport de théories de la création du monde.
Ces deux peuples hors terre sont récents aux yeux de tous et pourtant presque aussi anciens que les humains ou les vampires. Peu de choses ont été rapportées au peuple de la terre.
Chacun de ces deux peuples estime son dieu comme le créateur de tout. Faerun et Intil seraient deux dieux uniques, ayant engendrés par opposition l’ombre et la lumière pour se faire la guerre.
Ils pensent chacun à leur manière qu’ils ne formaient au début qu’une seule et même entité, séparée par les contrastes de la lumière et de son antinomie.

Concernant leur théorie sur la création des autres Races de la terre de Galgals, les anges et les démons estiment qu’ils ne sont que des erreurs s’opposant à leur perfection. Les peuples de Galgals sont donc décrits comme les déchets de l’ombre et de la lumière, destinés à les voir passer sur terre qui n’est, pour ces peuples hors plan terrestre, qu’un immense champ de bataille leur appartenant.

°~°
*Les Nains*

La théorie de la création par les Nains est vue par ce que les oracles tiennent des paroles d’Uremir.
Il est dit qu’Uremir fut l’entité mêlée à la Nature végétale et qu’il s’en démarqua pour se pencher sur la Nature minérale. Les peuples naniques pensent que la terre fut créée au commencement d’un univers non délimité. Selon eux, Galgals a toujours existé.
Les dieux y sont apparus comme la matière se complète du spirituel, la lumière de l’ombre etc…

°~°
*Les Elfes*

Les Elfes ont écrit la création du monde par les chants des trois natures. Leur déesse, Tenalad, incarne celle du végétale. Le peuple des bois théorise l’idée d’un monde pensé avant d’être matière. La nature répondant à des lois très strictes, il leur est naturel de penser qu’elle ne peut être là sans la réflexion de leur déesse.
Il est écrit dans leurs récits, que les dieux des trois Natures décidèrent le monde avant de le partager d’une main charitable et consciencieuse. Cette théorie ne manqua pas d’alimenter la haine des elfes assombris, lorsqu’ils constatèrent la déchéance de leur déesse face à la disgrâce des autres peuples menés par des dieux sans pitié.

°~°
*Les Peaux Vertes*

Il n’est aucun récit écrit qui relate d’une quelconque théorie.
Il existe néanmoins, parmi quelques parchemins retrouvés et légendes racontées, le fait que les Peaux Vertes estiment la création du monde par leur dieu seul Hunak. Il est inconcevable pour les Peaux vertes que l’existence d’autres dieux soit possible. Hunak s’est toujours revendiqué Unique et par cela même encouragea ses créations en faire la guerre et à haïr les autres vivants.

°~°
*Les Ondins*

Les peuples de la Mer n’ayant écrit aucun livre, il nous est resté les chants transmis par leurs peuples.
Phorcys a créé les ondins comme faisant partis de la troisième nature. Il est normal pour les ondins, que Phorcys soit le créateur premier et qu’il engendra les dieux de deux autres Natures pour s’aider dans sa tache immense de création.
Par ailleurs, les ondins ne croient pas que les autres peuples des trois natures aient un dieu propre et différent de ces Natures.

°~°
*Les Hybrides*

En ce qui concerne les peuples revendiquant le nom d'Ysash, déesse de la création des hybrides, il fut écrit que la déesse partage son univers avec d’autres créatures de son invention. Écartant donc la possibilité de l’existence d’autres dieux, les hybrides de Ysash pensent que leur déesse brouillonna beaucoup de peuples avant d’en venir à ses enfants.
Les peuples différents des hybrides sont donc des délaissés, sans dieu, puisque Ysash s’est tournée vers les hybrides.

°~°
*Les Morts*

Le peuple des Morts a une Théorie toute ouverte sur les autres. Les Morts sont la suite logique de la création de la vie. Ils pensent que le monde est un cercle qui vie et meurt perpétuellement et eux sont au bout de cette chaîne. Peu importe comment la terre est apparue, seul Niril aura le pouvoir lorsque la vie ne saura plus créer.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://delphine-b.wix.com/ginl
Théurgie Générale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» La limace intersidérale - Vaisseau de réfugiés
» La Mélée générale
» Haïti n'a pas de « surpopulation carcérale »
» La société générale égare 15 tonnes d'or
» Un peu de culture générale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Galgals :: L'autre monde :: Les Scellés :: Règlements/Bases-
Ouvrir/Fermer la ChatBox